Téranga Nature

Une analyse des récoltes, visant à évaluer les vulnérabilités de l’agriculture au climat

Une analyse des récoltes, visant à évaluer les vulnérabilités de l’agriculture au climat

Révèle des vulnérabilités transfrontalières à la sécheresse

Les exportations de café, de cacao, de canne à sucre, de palmier à huile et de soja de l’Afrique subsaharienne vers l’Union européenne (UE) pourraient être perturbées en raison de leur vulnérabilité au climat. Une nouvelle étude a révélé qu’une grande partie de ces exportations proviendront à l’avenir de zones gravement touchées par la sécheresse, en particulier dans la région de l’Afrique subsaharienne, notamment au Kenya, en Ouganda, en Éthiopie, au Nigeria, en Côte d’Ivoire et au Ghana.

Les travaux, publiés dans Nature Communications par Ertug Ercin, du « R2Water Research and Consultancy » à Amsterdam, Pays-Bas, et ses collègues, ont comparé les vulnérabilités dans deux « voies de concentration représentatives » (RCP 2.6 et RCP 6.0). Ils ont révélé une nette tendance à la diminution des vulnérabilités au climat entre le RCP 6.0 et le RCP 2.6 pour toutes les cultures et pour la plupart des lieux d’exportation.

Selon Ercin, “les vulnérabilités au climat varient selon les cultures et les lieux en Afrique. Par exemple, la production de cacao en Afrique de l’Ouest sera plus vulnérable au changement climatique (environ 35 % de plus par rapport aux conditions actuelles). Les principaux pays exportateurs d’olives, la Tunisie et le Maroc, sont également très vulnérables à la sécheresse en cas de changement climatique. L’un des principaux résultats pertinents est que les pays africains ont une faible capacité à faire face aux effets négatifs des futures sécheresses”.

Richard Munang, coordinateur régional en charge du changement climatique au Programme des Nations unies pour l’environnement au Kenya, affirme que le changement climatique s’applique à la fois directement, lorsque les émissions rejetées ailleurs affectent les régions les moins responsables, et indirectement, lorsque les vulnérabilités d’une région sont transférables à une autre. Les risques ont un impact sur des secteurs et sous-secteurs cruciaux pour l’économie mondiale.

1.

Ertug Ercin et al, Nature Communications 12:3322 (2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.