Téranga Nature

Le changement climatique et la dégradation des nids menacent la conservation des bonobos à l’état sauvage

Le changement climatique et la dégradation des nids menacent la conservation des bonobos à l’état sauvage

Le climat doit être pris en compte lors de l’évaluation de la population de la forêt tropicale.

Les bonobos ont modifié leur comportement pour s’adapter aux conditions climatiques, en renforçant la structure de leurs nids en réponse aux pluies fortes et imprévisibles.

Dans une étude sur le taux de dégradation des nids de bonobos publiée dans PLoS ONE le mois dernier, les chercheurs suggèrent que le fait de négliger l’impact du changement climatique peut entraîner des estimations peu fiables des population, ce qui entrave les efforts de conservation. L’étude a évalué 1511 nids et 15 années de données climatiques entre 2003 et 2018 sur le site LuiKotale du bassin du Congo, en République démocratique du Congo.

Mattia Bessone l’auteur principal de l’étude indique que les données climatiques à long terme ont montré une tendance à la baisse des précipitations au cours de la dernière décennie, liée au changement climatique en cours dans le bassin du Congo, la deuxième plus grande forêt tropicale du monde. Cette situation est inquiétante car il a été démontré qu’un climat plus sec affecte la disponibilité de la nourriture et, par conséquent, la viabilité des populations d’éléphants de forêt.

“Notre étude montre que le climat doit être pris en compte lors de l’évaluation du nombre des grands singes dans la nature. Ne pas le faire pourrait entraîner des estimations biaisées. En conséquence, nous risquons de fournir des informations inexactes aux décideurs politiques appelés à préserver ces espèces à l’état sauvage.”

Barbara Fruth, l’auteur correspondant, déclare : “Si l’on ne tient pas compte de la variation, à la fois entre et au sein des sites, du temps de dégradation des nids , l’estimation de la population ne sera pas fiable. Cela a de sérieuses implications pour la compréhension de la dynamique des populations de grands singes.”

doi: https://doi.org/10.1038/d44148-021-00065-6

References

1.Mattia Bessone et al. PLoS ONE 16(6): e0252527 (2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.