Téranga Nature

APRÈS DEUX SEMAINES DE CONFINEMENT, L’EMPREINTE CARBONE DES FRANÇAIS A BAISSÉ DE 62 %

APRÈS DEUX SEMAINES DE CONFINEMENT, L’EMPREINTE CARBONE DES FRANÇAIS A BAISSÉ DE 62 %

Il aura suffi de seulement deux semaines de confinement pour que l’empreinte carbone des Français chute drastiquement. La réduction des déplacements y est pour beaucoup. Mais qu’en sera-t-il quand nous reviendrons à la vie “normale” ?

Ce confinement aura décidément des conséquences inédites sur l’environnement. En plus d’une nette amélioration de la qualité de l’air, l’empreinte carbone des Français a brusquement chuté de deux tiers depuis le début du confinement. Selon une étude de l’application Greenly (1), qui mesure l’empreinte carbone des utilisateurs en fonction de leurs relevés bancaires, celle-ci a diminué de 62 % en deux semaines.

En première ligne, la baisse drastique des déplacements, qui comptent normalement pour un quart de l’empreinte carbone. “L’impact carbone de l’essence, qui représente habituellement 10 % des émissions des Français, chute de plus de 83 % par rapport à la moyenne hebdomadaire du début 2020. Il y a en moyenne deux fois moins de pleins à la station depuis le 16 mars”, analyse Greenly. L’impact carbone de l’aviation a quant à lui diminué de 94 %, les achats de billets d’avion ayant été divisés par cinq.

Hausse du e-commerce

Autre poste de dépense connaissant une baisse : l’alimentation. L’empreinte liée à la restauration a chuté de 94 % lors de la première semaine de confinement. L’empreinte de l’alimentation en supermarché a baissé de 10 %. À l’inverse, l’empreinte liée aux achats en ligne a augmenté de 2,5 % en moyenne depuis le début du confinement, et de 15 % chez les personnes de plus de 40 ans.

“Nous ne pouvons en aucun cas nous réjouir d’une baisse des émissions des gaz à effet de serre dans des circonstances aussi dramatiques. Mais cette crise sanitaire est l’occasion de réfléchir à l’après, et aux moyens de construire un monde plus éco-responsable qui ne nous prive pas de notre liberté. Nous sommes déjà en train d’apprendre à vivre autrement, à travailler à domicile, à réduire nos déplacements, à faire sans les voyages professionnels”, réagit Alexis Normand, directeur général et co-fondateur de Greenly. Reste à poursuivre sur cette lancée une fois revenu à la vie “normale”, une gageure !

NVTC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.