google.com, pub-1826772013052564, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Téranga Nature

Les objectifs de zéro émission nette sont vagues : trois solutions pour y remédier

Les objectifs de zéro émission nette sont vagues : trois solutions pour y remédier

Pour limiter le réchauffement, les plans d’action des pays et des entreprises doivent être justes, rigoureux et transparents.

Il y a cinq ans, l’accord de Paris des Nations Unies sur le climat fixait un plafond de réchauffement climatique bien inférieur à 2 °C, idéalement 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels. Les dirigeants mondiaux ont également convenu d’équilibrer les émissions de gaz à effet de serre dans la seconde moitié du siècle, de sorte que la somme de tous les gaz à effet de serre émis par les activités humaines soit nulle. En réponse, de plus en plus de pays, d’institutions et d’entreprises annoncent des objectifs nets zéro 1 , 2 . Des exemples récents incluent les États-Unis, la Chine, l’Union européenne, la société de technologie Microsoft et une alliance d’aéroports européens. Ces signes d’intention bienvenus s’accompagnent de difficultés.

Les plans sont difficiles à comparer et les définitions sont floues. Les détails derrière les étiquettes ‘net-zero’ diffèrent énormément. Certaines cibles se concentrent uniquement sur le dioxyde de carbone. D’autres couvrent tous les gaz à effet de serre. Les entreprises pourraient ne considérer que les émissions sous leur contrôle direct, ou inclure celles de leurs chaînes d’approvisionnement et de l’utilisation ou de l’élimination de leurs produits. Parfois, les objectifs ne visent pas à réduire les émissions, mais à les compenser par des compensations.

Des questions importantes sont négligées. Certains secteurs, tels que la production d’électricité, devraient-ils atteindre le zéro net plus tôt pour contrebalancer les secteurs plus difficiles à réduire, notamment l’industrie lourde ? Est-il juste de s’attendre à ce que les économies émergentes atteignent le zéro net au même rythme que les économies industrialisées de longue date ? Sans une attention particulière à ces questions, les réalisations individuelles risquent d’être trop faibles pour atteindre l’objectif climatique collectif de l’accord de Paris.

Les critiques pourraient faire valoir que des cibles vagues valent mieux que rien. Mais les enjeux sont trop élevés pour se réconforter dans de simples annonces. Tout le monde n’a pas besoin de faire les mêmes choix. Mais sans plus de clarté, les stratégies derrière les objectifs net-zéro ne peuvent pas être comprises ; leur impact ne peut pas non plus être évalué.

Nous appelons ici les nations, les entreprises et les chercheurs qui les conseillent à clarifier trois aspects de leurs cibles : leur périmètre ; comment ils sont jugés adéquats et justes ; et des feuilles de route concrètes vers et au-delà du zéro net. Une date clé pour cette clarté sera le prochain sommet des Nations Unies sur le climat, à Glasgow, au Royaume-Uni, en novembre, où les pays présenteront de nouveaux engagements climatiques.

Portée

Les cibles doivent préciser quelles sources d’émission et quels gaz sont couverts (CO 2 , tous les gaz à effet de serre ou un sous-ensemble); quand le zéro net sera atteint et si l’intention est de réduire, supprimer ou compenser les émissions.

Le choix des gaz à traiter affecte le résultat pour le climat. Le CO 2 est la principale cause de la hausse des températures mondiales ; il s’accumule et dure des centaines à des milliers d’années dans l’atmosphère. Ramener les émissions de CO 2 à zéro net stoppe le réchauffement, mais l’impact du CO 2 déjà présent dans l’atmosphère persistera pendant des siècles. En revanche, les gaz à effet de serre à courte durée de vie, comme le méthane, durent des années, voire des décennies. Les réduire diminuerait leur contribution au réchauffement relativement rapidement. Mais éliminer leurs émissions est impossible à l’heure actuelle, et il n’existe actuellement aucune technologie pour les éliminer activement de l’atmosphère, contrairement au CO 2 .

Chaque pays ou organisation adopte une approche différente. L’UE cible tous les gaz à effet de serre d’ici 2050. Le plan zéro net de la Chine se concentre sur l’équilibre des émissions de CO 2 uniquement , d’ici 2060. Le plan climatique de l’actuelle administration présidentielle pour les États-Unis vise à atteindre zéro net d’ici 2050, mais n’a pas encore précisé quels gaz sont couvert. L’accord de Paris considère tous les gaz à effet de serre ; les émissions qui ne peuvent être éliminées doivent être compensées en retirant une quantité équivalente de CO 2 de l’atmosphère. L’ONU a convenu d’une métrique pour déterminer ce montant équivalent : le potentiel de réchauffement global des gaz à effet de serre sur 100 ans, ou GWP-100.

Toutes les voies disponibles compatibles avec Paris pour atteindre des émissions nettes de gaz à effet de serre zéro utilisent une combinaison de trois stratégies. Ce sont : des réductions rapides et importantes de CO 2 ; des réductions supplémentaires importantes des gaz à effet de serre autres que le CO 2 ; et une intensification des stratégies pour éliminer le CO 2 de l’air. (Une voie spécifique est indiquée dans « Tout est dans le détail »). Dans les voies de limitation du réchauffement à 1,5 °C présentées par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), les émissions nettes de CO 2 sont atteintes vers 2050 (2046-2055). Cependant, les émissions nettes de gaz à effet de serre ne seraient atteintes qu’une ou deux décennies plus tard (2061–84)

Étant donné que l’ élimination du CO 2 est utilisée pour équilibrer d’autres gaz à effet de serre à durée de vie plus courte, l’objectif de zéro net de l’accord de Paris atteindra plus que la stabilisation du réchauffement climatique : les températures culmineront et diminueront lentement 4 , 5 (voir « Tout est dans le détail ») . Mais l’équilibre est délicat : changer la métrique ou les gaz couverts, la vitesse à laquelle divers gaz sont réduits ou la proportion de réduction par rapport à l’élimination, et le pic et le taux de baisse de température pourraient être très différents 5 . La température pourrait même ne pas baisser du tout.

Les termes vagues abondent. Par exemple, « neutre en carbone » et « climatiquement neutre » sont parfois synonymes de zéro émissions nettes de CO 2 et de zéro émissions nettes de gaz à effet de serre, parfois non. La stratégie de la France, par exemple, parle de neutralité carbone mais couvre tous les gaz à effet de serre. La cohérence, la clarté et la précision sont essentielles.

L’étendue des sources d’émissions couvertes varie également. Les objectifs de l’entreprise peuvent ne couvrir que les émissions résultant de leurs activités directes, ou ils peuvent également inclure les émissions dans l’ensemble de leurs chaînes de valeur. Par exemple, le géant suédois du meuble IKEA a un objectif net zéro qui inclut toutes les émissions de l’ensemble de sa chaîne d’approvisionnement. Il en va de même pour Microsoft, qui prévoit également d’ici 2050 de neutraliser tout le CO 2 qu’il a émis depuis sa création en 1975. En revanche, ACI Europe, qui représente plus de 500 aéroports européens, s’est fixé un objectif de zéro CO 2 net pour 2050 qui ne couvre que bâtiments et opérations à terre, et non les émissions des avions. Seuls 2 % des émissions de toutes les activités aériennes qui transitent par ces aéroports sont pris en compte.

Le rôle prévu de l’élimination du CO 2 a également besoin de plus de clarté. Les décideurs devraient déclarer comment ils combineront les réductions d’émissions, les absorptions directes et les compensations. Les absorptions directes de CO 2 sont celles qui sont sous le contrôle de l’organisation ou de l’entité. Les compensations sont des réductions achetées ou des suppressions effectuées par quelqu’un d’autre, ailleurs. Dans l’ensemble, les réductions directes des émissions sont préférables. Les stratégies d’élimination ou de compensation ont souvent une efficacité incertaine et pourraient comporter plus de risques.

Par exemple, certaines solutions nécessitent beaucoup de terrain. Cela peut avoir des répercussions sur la biodiversité et la sécurité des approvisionnements en nourriture et en eau. Planter une forêt, par exemple, pourrait déplacer l’agriculture ; la plantation de monocultures énergétiques pourrait réduire la diversité des espèces. La permanence de ces prélèvements biologiques reste incertaine. La capacité de stockage de carbone à long terme des forêts et des sols n’est pas bien connue, et rien ne garantit qu’une forêt ne sera pas ultérieurement exploitée, dévastée par un incendie de forêt ou altérée par le changement climatique 6 .

Les solutions techniques, telles que l’utilisation de filtres chimiques pour aspirer le CO 2 de l’air à enterrer sous terre, n’en sont qu’à leurs balbutiements. Le déploiement de telles technologies à une échelle suffisamment importante pour avoir un impact mondial reste spéculatif. En fin de compte, les coûts et l’acceptation sociale pourraient limiter toute option d’élimination du CO 2 . Par exemple, les communautés peuvent s’opposer à la transformation des paysages ou au stockage du CO 2 sous leurs maisons 6 . Les déclarations de net-zéro devraient indiquer comment ces risques seront gérés.

Adéquation et équité

Les pays et les entreprises qui fixent des objectifs nets zéro supposent généralement, et prétendent parfois, que ceux-ci atteindront les objectifs mondiaux de l’accord de Paris. Cependant, cela implique des hypothèses implicites sur ce que serait une contribution équitable et ce que les autres devraient contribuer. Les jugements éthiques sont inévitables, même s’ils ne sont pas exprimés.

Ce qui est considéré comme « équitable » diffère selon les pays et les communautés. Tous ces éléments sont à différents stades de développement, avec une variété d’opportunités, de financements et de ressources disponibles, et des contributions différentes au réchauffement climatique. Par exemple, Singapour est un petit pays densément peuplé avec un potentiel limité de déploiement d’énergies renouvelables, mais riche et doté d’une grande capacité à financer des actions. L’UE contribue au réchauffement climatique depuis plus d’un siècle et a été fortement déboisée dans le passé, ce qui signifie qu’elle dispose désormais d’un potentiel important de reboisement. Le Yémen possède certaines des meilleures ressources d’énergie solaire au monde, mais, en tant que pays parmi les moins avancés qui connaît des troubles persistants, il a peu accès aux investissements nécessaires. Une diversité similaire s’applique aux secteurs économiques. suppression; les industries de l’aviation et des métaux ne le font pas.

Les objectifs nets zéro définis à l’aide de mesures autres que le PRG-100 déplacent également la charge d’atténuation entre les gaz, et donc entre les secteurs et les pays 5 , 7 – 9 . Donner moins de poids au méthane permettrait aux pays à fortes émissions dues à l’agriculture d’affirmer plus facilement que le zéro net a été atteint. Cependant, cela entraînerait également un réchauffement climatique accru à moins que d’autres pays – avec principalement des émissions de CO 2 – n’acceptent d’atteindre le zéro net plus tôt.

Les politiques climatiques peuvent être gagnant-gagnant, mais les objectifs d’émissions sont un jeu à somme nulle. Si un pays ou une entreprise en fait moins, d’autres doivent en faire plus pour atteindre le même résultat en termes de température mondiale. Si un pays prend 2065 comme objectif national de zéro CO 2 net pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C, par exemple, il s’attend implicitement à ce que tous les autres pays réunis atteignent le zéro CO 2 net avant la moyenne mondiale d’environ 2050.

Les parties à l’accord de Paris devraient divulguer de manière proactive pourquoi elles considèrent que leurs objectifs nets zéro sont justes et adéquats. Ceci est actuellement demandé pour les objectifs nationaux d’atténuation à court terme (les contributions déterminées au niveau national, ou NDC), mais pas encore pour les objectifs à plus long terme tels que le zéro net.

Des problèmes d’équité découlent également des compensations de carbone. Des compensations bon marché peuvent signifier qu’une entreprise fait des efforts limités pour réduire ses propres émissions. La compensation des émissions par le biais de projets dans un autre pays sous-traite tous les risques sociaux et environnementaux. Enfin, éviter le double comptage des compensations est un défi – par exemple, si un projet de reboisement en Sierra Leone vend un crédit de compensation à Microsoft, cette réduction d’émissions est comptée deux fois si elle est également incluse dans l’objectif d’émissions de la Sierra Leone. Le climat, évidemment, n’en profite qu’une seule fois. Enfin, le commerce des produits manufacturés et de l’énergie complique encore davantage la question de savoir qui est responsable de quoi.

Dans l’ensemble, réduire les émissions localement est préférable à les compenser. Le recours continu aux compensations pourrait devenir de plus en plus irréaliste et finalement injuste pour les pays qui fournissent les compensations mais ne peuvent pas compter ces actions dans leurs propres objectifs.

Deux questions clés pour l’adéquation et l’équité sont les suivantes : le monde atteindrait-il toujours le net zéro si tout le monde appliquait cette logique ? Et serait-il juste d’appliquer la même logique à tous les pays ?

Les intérêts personnels ne peuvent être évités. Les pays choisissent souvent des principes d’équité qui favorisent leur situation, surestimant à quel point leurs actions contribuent à l’objectif mondial. La modélisation a montré, par exemple, que si tous les pays poursuivaient les objectifs qu’ils jugent justes et conformes à 1,5 °C, le réchauffement atteindrait 2 °C 10 . C’est pourquoi la rigueur et la transparence sont nécessaires pour soutenir les conversations sur ce qui est et n’est pas équitable à la lumière d’une cible collective et mondiale.

Feuille de route à long terme

Les objectifs nets zéro sont plus crédibles s’ils incluent des jalons, un plan de mise en œuvre et une déclaration sur l’intention à plus long terme de maintenir le net zéro ou de devenir net négatif. Les laisser de côté risque l’inaction, les détournements et l’échec.

Par exemple, le Royaume-Uni a annoncé en 2019 qu’il atteindrait zéro émission nette de gaz à effet de serre d’ici 2050, mais ses politiques à court terme n’étaient toujours pas sur la bonne voie. En 2020, il a publié son premier NDC pour 2030, ainsi que d’autres jalons politiques. Ensemble, ils présentent désormais un plan national plus cohérent.

Les cibles nettes zéro ne sont pas des points de terminaison. Ils sont eux-mêmes des jalons pour atteindre les objectifs d’émissions nettes négatives à l’avenir 11 . Peu de cibles en tiennent compte explicitement, mais cela détermine la meilleure façon d’aborder le zéro net.

Ceux qui sont les plus capables d’atteindre un avenir net négatif doivent le planifier maintenant – pas par générosité, mais par nécessité, pour atteindre le net zéro à l’échelle mondiale. La Finlande et la Suède, par exemple, se sont fixées des objectifs pour atteindre des émissions nettes de gaz à effet de serre d’ici 2035 et 2045, respectivement, et devenir nettes négatives par la suite. Dans le contexte d’un objectif de zéro net à l’échelle de l’UE pour 2050, ces intentions peuvent compenser les réductions plus faibles d’autres pays confrontés à des obstacles techniques ou politiques plus importants.

De plus, les objectifs doivent se prêter à un resserrement. Alors que nous vivons dans un monde de plus en plus chaud, les nations et les entreprises pourraient décider que des mesures doivent être prises plus rapidement 12 . L’accélération peut être encouragée en fixant un calendrier régulier de révision des objectifs, tels que ceux déjà en place pour les CDN à plus court terme.

Les critiques pourraient remettre en question la valeur de discuter d’une feuille de route pour les émissions nettes négatives alors que le monde n’est même pas sur la bonne voie pour atteindre le zéro net. À notre avis, ces conversations sont cruciales pour façonner un avenir durable à long terme pour notre planète commune.

Prochaines étapes

Les pays et les entreprises doivent ajouter de la rigueur et de la clarté à leurs objectifs nets zéro, afin de permettre leur évaluation et leur évaluation (voir « Liste de contrôle » et Informations supplémentaires).

LISTE DE CONTRÔLE POUR DES PLANS NETS ZÉRO RIGOUREUX ET CLAIRS

Portée

• À quel objectif de température mondiale ce plan contribue-t-il (pour stabiliser la température mondiale, ou la voir culminer et baisser) ?

• Quelle est la date cible pour le zéro net ?

• Quels gaz à effet de serre sont pris en compte ?

• Comment les gaz à effet de serre sont-ils agrégés (GWP-100 ou autre métrique) ?

• Quelle est l’étendue des émissions (sur quels territoires, périodes ou activités) ?

• Quelles sont les contributions relatives des réductions, des suppressions et des compensations ?

• Comment les risques seront-ils gérés autour des suppressions et des compensations ?

Justice

• Quels principes sont appliqués ?

• L’objectif climatique mondial serait-il atteint si tout le monde faisait cela ?

• Quelles sont les conséquences pour les autres si ces principes sont appliqués universellement ?

• Comment votre objectif affectera-t-il la capacité des autres à atteindre le zéro net et leur poursuite d’autres objectifs de développement durable ?

Carte routière

• Quels jalons et politiques soutiendront la réalisation ?

• Quel système de suivi et d’examen sera utilisé pour évaluer les progrès et réviser la cible ?

• Le net zéro sera-t-il maintenu ou s’agit-il d’un pas vers le net négatif ?

Voir Informations supplémentaires pour plus de détails.

La recherche peut soutenir des améliorations dans les trois aspects. Par exemple, en ce qui concerne la portée, les puits de carbone naturels sont utilisés pour les absorptions directes ou la compensation. Les études devraient mieux caractériser les risques entourant la fiabilité future de ces puits, leur renversement potentiel sous l’effet du changement climatique et leurs conséquences sociales et écologiques plus larges.

Le domaine de l’adéquation et de l’équité est mûr pour le travail dans plusieurs disciplines. L’établissement d’objectifs nets zéro au niveau d’un pays ou d’une entreprise ne peut pas être fait uniquement par des spécialistes des sciences naturelles ou des économistes. Des éthiciens et des spécialistes des sciences sociales sont nécessaires pour aider à explorer comment les concepts d’équité s’appliquent aux entreprises multinationales d’aujourd’hui – qui couvrent plusieurs pays et secteurs, et impliquent du personnel aux revenus allant du plus bas au plus élevé. L’équité doit devenir un élément central du processus, y compris dans les outils utilisés pour concevoir des objectifs nets zéro afin que les implications plus larges des hypothèses et des décisions deviennent claires.

Pour travailler vers une feuille de route concrète, le processus d’examen de l’ONU pour détailler les CDN à court terme – les évaluer et les réviser tous les cinq ans – est un bon point de départ. Cela peut être étendu pour inclure des objectifs nets zéro à plus long terme. Les entreprises devraient faire de même et appliquer un processus d’examen standardisé, en tenant compte des aspects que nous avons décrits ici.

Les objectifs d’aujourd’hui ne sont que le début d’un long voyage vers un monde plus sûr.

Nature 591 , 365-368 (2021)

doi : https://doi.org/10.1038/d41586-021-00662-3

8 Comments

  • KS Quik 2000 , 1 octobre 2023 @ 1h17

    … [Trackback]

    […] Read More Info here on that Topic: teranganature.com/les-objectifs-de-zero-emission-nette-sont-vagues-trois-solutions-pour-y-remedier/ […]

  • … [Trackback]

    […] Read More on on that Topic: teranganature.com/les-objectifs-de-zero-emission-nette-sont-vagues-trois-solutions-pour-y-remedier/ […]

  • bonanza178 , 16 janvier 2024 @ 12h46

    … [Trackback]

    […] Find More to that Topic: teranganature.com/les-objectifs-de-zero-emission-nette-sont-vagues-trois-solutions-pour-y-remedier/ […]

  • tieten , 6 février 2024 @ 15h23

    … [Trackback]

    […] Read More here on that Topic: teranganature.com/les-objectifs-de-zero-emission-nette-sont-vagues-trois-solutions-pour-y-remedier/ […]

  • … [Trackback]

    […] Info to that Topic: teranganature.com/les-objectifs-de-zero-emission-nette-sont-vagues-trois-solutions-pour-y-remedier/ […]

  • … [Trackback]

    […] Read More on that Topic: teranganature.com/les-objectifs-de-zero-emission-nette-sont-vagues-trois-solutions-pour-y-remedier/ […]

  • … [Trackback]

    […] Find More Info here on that Topic: teranganature.com/les-objectifs-de-zero-emission-nette-sont-vagues-trois-solutions-pour-y-remedier/ […]

  • vimovo prospect , 1 mai 2024 @ 21h02

    … [Trackback]

    […] There you will find 30609 more Info on that Topic: teranganature.com/les-objectifs-de-zero-emission-nette-sont-vagues-trois-solutions-pour-y-remedier/ […]

Comments are closed.