Téranga Nature

SENEGAL :BRT / « BUS RAPID TRANSIT », UNE REPONSE SECTORIELLE FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

SENEGAL :BRT / « BUS RAPID TRANSIT », UNE REPONSE SECTORIELLE FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Avec comme épine dorsale la réduction de émissions de Ges (gaz à effet de serre), et soutenu par les contreforts du changement des modes de production et de consommation. Le Sénégal ouvre la voie d’un transport « sobre en émission carbone, » avec le « Bus Rapid Transit ». En effet, C’est ce lundi 28 Octobre 2019, que le Président Macky Sall a lancé les travaux du service de mobilité collective à Guediawaye.

« Assoir un système de transport moderne, propre et efficace.»

Une  technologie propre qui matérialise l’ambition climatique du Sénégal

En droite ligne avec l’accord de Paris sur le Climat, le projet écologique est Catalysé par le référentiel de la politique nationale « PSE vert ». L’unique engagement sectoriel du pays, veut réduire les émissions CO2 dans la mobilité urbaine, et dans le même temps le trajet Dakar – Guédiawaye comme le soutient, le Président Macky SALL : « Le Projet est réalisé sur un linéaire de 18 kilomètre et permettra de réduire de moitié le trajet Dakar –Guediawayepour assoir un système de transport moderne, propre et efficace. »

Revenant sur le financement , Macky SALL explique que : « Le BRT est Financé sur la base de mécanismes innovants, intégrant l’investissement privée à hauteur de 15 % pour l’acquisition et l’exploitation d’un matériel roulant répondant au standards internationaux ,et martèle que : «la structuration en partenariat public privée (PPP),pour l’exploitation du futur BRT, permet la participation de l’Etat et du secteur privée local pour un total de 30% dans le capital de la future société d’exploitation. »

Vers une transformation de la mobilité urbaine, pour un cout de 300 millions de Dollars

Luttant contre les inégalités sociales, la technologie propre : «  Est une fenêtre d’opportunités qui s’ouvre et va montrer à quel point ce type d’infrastructure peut apporter des transformations dans l’économie et la vie des habitants de la région. »Selon, Nathan BELETE, Directeur des opérations de la Banque Mondiale. Pour lui : « La congestion à Dakar est en effet une réalité que nous vivons tous les jours. Difficulté à se déplacer, pollution très préoccupante, entre autres, sont autant de handicaps qui affectent l’attractivité d’une capitale qui est, pourtant, le moteur de l’économie sénégalaise. »

« Avec un cout de 300 millions de Dollars, Il s’y ajoute le rôle de conseil de la Société financière internationale, SFI, pour appuyer votre gouvernement lors de la structuration de la délégation de service public pour le volet exploitation du BRT dont la conclusion prochaine permettra la sélection d’un exploitant chevronné qui sera également responsable de l’acquisition et de l’exploitation des bus du corridor. » S’exprime-t- il.

Pape Mbor NDIAYE   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.