Téranga Nature

Les artisanes du développement durable : une Congolaise valorise les déchets plastiques et leur donne une seconde vie

Les artisanes du développement durable : une Congolaise valorise les déchets plastiques et leur donne une seconde vie

A Bukavu, la capitale de la province du Sud-Kivu en pleine croissance, en République démocratique du Congo, la gestion des déchets, notamment plastiques, pose de sérieux problèmes. De nombreux déchets plastiques sont jetés dans la rue et dans les caniveaux et se retrouvent dans le lac. 

C’est dans ce contexte qu’une jeune femme a décidé de recycler ces déchets en leur donnant une seconde vie.

Nicole Menemene, une entrepreneure de 29 ans, est aujourd’hui à la tête d’une entreprise appelée Plastycor. Plastycor est un établissement commercial qui a vu le jour en décembre 2019 et qui a pour objectif le recyclage, la vente et la valorisation de déchets plastiques en RDC.

« Il faut savoir que, d’un problème on peut chercher une solution, une solution qui peut même être lucrative », a confié Nicole à ONU Info.

L’idée de créer Plastycor lui est venue lorsque qu’elle voyait les déchets plastiques envahir le Lac Kivu et boucher les caniveaux alors qu’en se rendant dans les pays voisins, elle pouvait voir les gens mettre les déchets dans leurs sacs ou bien dans les poubelles.

« J’étais révoltée de voir les gens garder leurs déchets dans leurs sacs mais lorsqu’ils arrivaient à Bukavu, ils les jetaient sur la route. Ça m’énervait », dit-elle.

 

Collaboration avec un réseau local de jeunes

A Bukavu, la jeune entrepreneure collabore avec un réseau local de jeunes qui l’aide dans le ramassage des déchets plastiques (bouteilles en plastique, sachets plastiques, bidons…) à travers toute la ville.

Grâce aux déchets plastiques collectés, elle et toute son équipe transforment certains déchets en bouquets de fleurs et en tableaux artistiques. Avec les bouteilles en plastique, Nicole fabrique des fauteuils, des étagères, des paniers multi-usage, des murs avec et sans maçonnerie etc. Ces productions sont achetées par des individus mais aussi par des organisations qui sont dans le besoin.

En 2020, environ 18.000 bouteilles plastiques ont été mises en valeur par Plastycor dans la construction d’une maison dans le village de Katana situé à environ 43 kilomètres de la ville de Bukavu.

Pour réaliser toutes ces œuvres, Nicole collabore avec des jeunes filles et garçons de différents quartiers de Bukavu.

« J’aime beaucoup m’entourer des jeunes. Ils sont vraiment dynamiques et créatifs. Alors, j’ai trouvé que c’était plus facile pour moi de travailler avec les jeunes, avec lesquels je peux communiquer facilement », raconte Nicole Menemene.

« C’est ce que je dis à tout le monde : quand un jeune arrive dans le monde du recyclage plastique, je vais lui apprendre une chose, mais demain c’est lui qui pourra m’apprendre à son tour des choses. Ce travail nous oblige à toucher la saleté à longueur de journée. Et ce n’est pas tout le monde qui est prêt à le faire. Lorsque je vois ces jeunes travailler avec dévouement et sans relâche ça m’encourage! », ajoute-t-elle.

Les déchets plastiques détruisent l’environnement

A Bukavu, comme dans plusieurs villes de la RDC, la gestion des déchets plastiques est devenue un vrai problème qui est en train de détruire les lacs et les rivières. La centrale hydroélectrique de Ruzizi en souffre et la santé des populations en dépend.

La mairie en charge de cette question est confrontée à plusieurs difficultés, notamment celle liée au manque de finances, sans oublier aussi que la ville de Bukavu n’a pas de dépotoir public.

Pendant la saison des pluies, les conduites d’eau et les caniveaux sont bouchés par les déchets plastiques et par conséquent, les eaux de pluies se retrouvent sur la chaussée et provoquent des inondations.

A ce jour, Nicole travaille encore d’une manière artisanale. Cela ralentit sa production d’autant plus que son entreprise n’a pas encore de gros moyens pour se procurer les machines. Depuis le début de l’année 2022, son entreprise a collecté au moins trois tonnes de déchets plastiques.

Elle appelle le gouvernement congolais à accompagner les jeunes entrepreneurs. Elle appelle également la population à adopter un comportement responsable en évitant de jeter les déchets dans la rue et en achetant les produits recyclés fabriqués localement. La ville de Bukavu n’en sera que plus belle.

ONU