Téranga Nature

A la COP26, les négociateurs cherchent un accord avant la clôture de la conférence

A la COP26, les négociateurs cherchent un accord avant la clôture de la conférence

Alors que le temps presse au dernier jour de la COP26, le sommet des Nations Unies sur le climat à Glasgow, les dirigeants et les négociateurs s’efforcent de parvenir à un accord qui pourrait épargner au monde un réchauffement climatique catastrophique.

Le président de la COP26, Alok Sharma, a déclaré vendredi qu’un petit nombre de questions clés n’étaient toujours pas résolues vendredi après-midi.

« C’est notre moment collectif dans l’histoire, c’est notre chance de forger un monde plus propre, plus sain et plus prospère, et c’est notre moment de concrétiser l’ambition élevée fixée par nos dirigeants au début du sommet », a-t-il déclaré lors d’une séance plénière informelle pour informer les délégués.

Il a indiqué que les ministres avaient travaillé tard dans la nuit pour discuter des finances, des pertes et des dommages et a déclaré que c’était son « intention sincère » d’obtenir un accord final d’ici la fin de la journée.
« Nous avons besoin d’une dernière injection de cet esprit dynamique pour faire avancer notre effort commun », a-t-il déclaré.

Mettre fin à l’utilisation des énergies fossiles

La plénière a entendu des déclarations de divers pays, y compris un appel fort de nombreux représentants à ajouter au texte final des éléments concernant la fin de toute utilisation d’énergies fossiles, pas seulement du charbon.

Le dernier projet de texte indique actuellement : « Les parties doivent accélérer le développement, le déploiement et la diffusion de technologies, ainsi que l’adoption de politiques, pour passer à des systèmes énergétiques à faibles émissions, notamment en augmentant rapidement la production d’énergie propre et en accélérant l’élimination progressive de l’énergie produite à partir du charbon et des subventions inefficaces pour les énergies fossiles ».

« C’est personnel, il ne s’agit pas de politique », a déclaré le principal négociateur de l’Union européenne, ajoutant que les objectifs de Glasgow seraient « totalement dénués de sens  à moins que les pays n’acceptent un signal clair pour mettre fin à toutes les subventions aux énergies fossiles ».

Sur le même sujet, John Kerry, l’envoyé américain pour le climat, a déclaré que continuer à dépenser de l’argent pour ce type de subventions est de la « folie ».

« Ces subventions doivent disparaître. Nous sommes le plus grand producteur de pétrole et de gaz au monde et nous bénéficions de certaines de ces subventions et le Président Biden a présenté une loi pour les supprimer », a-t-il déclaré.

Les États-Unis, a-t-il poursuivi, luttent chaque année pour trouver de l’argent, « mais 2.500 milliards de dollars au cours des cinq ou six dernières années ont été consacrés à des subventions pour les énergies fossiles. C’est la définition de la folie. Nous nous permettons de nourrir le problème que nous essayons ici de résoudre. Cela n’a pas de sens », a déclaré M. Kerry.

La question de la compensation des « pertes et dommages »

Une autre question épineuse qui n’est toujours pas résolue concerne la mesure dans laquelle les pays développés compenseront les nations vulnérables pour les « pertes et dommages » causés par le changement climatique.

Le représentant du groupe de négociation des pays en développement du G77 et de la Chine a déclaré qu’ils étaient « profondément déçus » que leur proposition de création d’un centre pour les pertes et dommages à Glasgow ne soit pas reflétée dans le texte.

« Cette proposition a été avancée dans l’ensemble du monde du développement, pour répondre à nos besoins… pour faire face aux pertes et dommages causés par le changement climatique », a-t-il déclaré.
De même, de nombreux pays ont fait pression pour renforcer l’appel à maintenir en vie l’objectif de 1,5 degré Celsius de réchauffement de la planète et à faire preuve de plus d’ambition en matière de financement climatique.

« Nous sommes venus à Glasgow avec de grands espoirs et attentes, mais en cette dernière heure de la COP26, nous avons quelques doutes », a déclaré le négociateur du Bouthan représentant le groupe des pays les moins avancés.

Le sommet du peuple

Plus tôt dans la journée, des groupes de la société civile ont investi la salle plénière de la COP26.
Pour commencer, les délégués ont été invités à se lever s’ils avaient perdu des êtres chers pendant la pandémie de Covid-19 et s’ils avaient subi des impacts climatiques. La plupart d’entre eux l’ont fait.« Il ne fait

aucun doute que nous, les personnes représentant tous les pays du monde, dans notre diversité, avons tous ressenti les impacts d’une pandémie et d’une crise climatique. Ce sont les mêmes parties de la société qui supportent l’intégralité du fardeau de ces différentes crises », a déclaré Tasneem Essop, Directrice exécutive de CAN-International.

Représentant la société civile africaine, Mohamed Adow a affirmé qu’ils avaient été « exclus du processus » lors de la COP26.

« Nous, le peuple, exigeons que les pays du Nord paient leur dette climatique, atteignent un objectif mondial d’adaptation, s’attaquent à l’injustice climatique et paient pour les pertes et les dommages », a-t-il déclaré.

Après l’intervention, les organisations qui comprenaient des collectifs autochtones et des groupes de femmes sont sorties de la plénière, rejointes par de nombreux autres participants qui les attendaient dans les couloirs. Tenant des pancartes et des banderoles, ils ont crié pour exiger la justice climatique.

À l’extérieur, ils ont rencontré un groupe plus important de manifestants et ont continué ensemble à traverser la rivière en direction de l’emblématique pont de Finnieston Street, où certains d’entre eux restent, en attendant le résultat final de la conférence.